Ils s'engagent

Le tour du monde depuis ma rue

Concepteur de jeu vidéo, FibreTigre est aussi un marcheur dans l’âme. De son goût pour les trajets à pied ou en courant, est né The Beautiful Walk, un site-projet grâce auquel la marche quotidienne de l’utilisateur acquiert l’envergure d’une course autour du monde.

Votre hardiesse de marcheur vous conduit bien plus loin que vous ne le soupçonniez.

Que vous descendiez en ligne droite l’avenue d’Italie, au sud de Paris, pour vous rendre à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre ou que vous joggiez au Bois de Boulogne pour bifurquer vers Levallois-Perret, ces trajets répétés / cumulés vous mènent aux portes de Samarkand, au cœur de la route de la Soie. À moins de pousser l’énergie jusqu’à gagner le pied de l’Everest. D’ailleurs, qui n’a pas rêvé (en marchant) dans son périmètre d’amorcer son tour du monde ?

 

© Quentin Vijoux pour the Beautiful Walk

© Quentin Vijoux pour the Beautiful Walk

 

The Beautiful Walk dépasse le clivage du routinier et du lointain. Site Internet et application en même temps, il rassemble depuis bientôt trois ans 2025 marcheurs ou coureurs à la fois réels et virtuels, dont les parcours réguliers se transposent sur des feuilles de route d’aventure. Ils sont environ 700, chaque jour, à indexer leurs pas sur autant de clics qui leur font traverser la Turquie, puis l’Iran, avant de s’éloigner encore vers les steppes d’Ouzbékistan ou les chaînes de montagnes afghanes. Tous les dix kilomètres, ils reçoivent en ligne leur position par une photo libre de droit du lieu foulé d’où ils emportent souvenirs et connaissances de l’histoire locale. Quand arriveront-ils au sommet de l’Himalaya ? 80 % des utilisateurs en lice cheminent encore entre Paris et le Bosphore.

Ingénieur en bâtiment trentenaire reconverti dans le jeu vidéo, FibreTigre doit à la prise de conscience des bienfaits d’un peu de sport et à un grand-père facteur « qui avait calculé qu’il avait fait deux fois le tour de la Terre au cours de ses tournées, soit 80 000 km » l’inspiration d’origine de The Beautiful Walk.

 

Un défi de « soi à soi »

Deux objectifs guident le projet. « D’abord se motiver pour marcher ou courir », rappelle Fibre. « Et, en transposant sa marche ou sa course par le jeu de rôle, se mettre en face de certaines réalités d’un monde que l’ère connectée nous fait croire petit, alors qu’il y a tant de choses insoupçonnées à découvrir. » Quête de sens et quête de soi ne font qu’un dans The Beautiful Walk. « J’ai toujours voulu une application ludique pour chaque utilisateur, “de soi à soi”, sans esprit de compétition », souligne son créateur.

 

© Quentin Vijoux pour The Beautiful Walk

© Quentin Vijoux pour The Beautiful Walk

 

Secondé par un graphiste et un codeur, FibreTigre court après de multiples sources d’information renseignant les feuilles de routes. « Sur les pays d’Asie centrale, on peut puiser des données générales – et vérifiées – de Wikipédia – comme des extraits de manuel d’histoire soviétique ! La mondialisation des outils existe, mais pas celle des contenus. Et l’on se rend compte alors que l’on sait finalement peu de choses. »

La demande d’aventures sur The Beautiful Walk augmente, se félicite FibreTigre, qui noue déjà des partenariats. Or l’aventure, une fois lancée, se double d’une angoisse : celle de finir son parcours. « C’est une addiction, c’est vrai. Certains marcheurs redoutent déjà la ligne d’arrivée. » FibreTigre aura bien une autre feuille de route à leur offrir, même si la route est encore longue. Les plus rapides arriveront à bon port dans quinze ans, soit cinq de plus que le temps imparti pour finaliser le site avec l’intégralité des étapes. Et dans quelques décennies, on atteindra peut-être la Lune sans quitter sa ville. Magique.

 

Pour aller plus loin