C'est là que ça se passe

Formule E : revue de presse

Paris a accueilli son premier grand prix de Formule 1 électrique le 23 avril 2016. Comment la presse a traité cet événement historique…

Comment ça marche ?

Imagine-t-on une course automobile se tenir en plein cœur d’une ville, un peu à l’image d’une dernière étape de Tour de France s’achevant sur les Champs-Elysées ? C’est sur une circonférence de 2 kilomètres autour des Invalides qu’a été disputée, le 23 avril, la septième manche du championnat 2015-2016 de Formule E. Ou quand une petite révolution technique se double d’une révolution de concept dans le domaine de la compétition sportive.

Et les écolos ?

Avec ses 80 décibels de ronronnement (contre les 134 d’une Formule 1 classique) et un moteur rechargé sur borne électrique, la Formule E prétend réconcilier une discipline qui s’y prête peu avec l’exigence écologique. Du fait de la possibilité qu’elle offre d’être organisée au beau milieu des monuments, la Formule E opère un renversement de perspective en vertu duquel c’est la course qui vient au public et non l’inverse.

 

Le circuit parisien

Le circuit parisien

 

Ça date d’hier

Le tout est désormais de savoir, à mesure que des circuits essaimeront autour de Notre-Dame, du Colisée romain, ou de la Porte de Brandebourg berlinoise, à quel moment la Formule E aura atteint son rythme de croisière. Pour l’heure, la distinction entre « compétition » et « essais » n’est pas vraiment de mise. Au fil des courses se déroulent autant d’expérimentations et nouveaux tests destinés à faire gagner en autonomie des monoplaces qui ne peuvent en général rouler au-delà de 20 minutes.

Plus vite !

Et à inspirer par là-même les futurs modèles de véhicules non-polluants. Mais en tant que sport, la Formule E intra-urbaine se frotte par nature à un autre enjeu : celui de la vitesse, pour l’instant plafonnée à 200 km/h et que l’on voit mal dépasser ce seuil dans l’escarpement d’un paysage urbain.

Et demain ?

Au-delà de son aspect gadget, la formule E a-t-elle de l’avenir ? Comme souvent, c’est par la compétition que les innovations avancent le plus vite. Et ont le plus de chances de toucher le grand public.

 

Pour aller plus loin