Historique !
Bâtiment logistique du Cires © Patrice Maurein

Déchets radioactifs : la libération des données à usage du public

La simple notion de « radioactivité » évoque souvent des structures ou installations opaques, responsables d’une matière à haut risque dont le traitement interroge et inquiète. Quid des déchets radioactifs ? De leur localisation ? De leur devenir ? Toutes ces questions renvoient à une autre plus fondamentale : comment s’élabore et s’anticipe la gestion d’une telle matière ?

Depuis octobre 2016, en réponse à une demande accrue de transparence au sein du public, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) met à disposition du public en données ouvertes (Open Data) les éléments du fichier source qui soutiennent son expertise. Cette « libération des données » s’inscrit dans le sillage de la loi pour une République numérique du 7 octobre 2016.

L’Open Data permet ainsi de plonger au cœur de l’Inventaire national des matières et déchets radioactifs, institué en 2004 et confié à l’Andra. Cette recension de l’ensemble des matières et déchets radioactifs présents sur le territoire français, assortie des prévisions de leur production dans le futur, fait l’objet d’une mise à jour annuelle – et d’une publication tous les trois ans – au titre de la loi de programme du 28 juin 2006. Le site dédié de l’Inventaire contient depuis juin 2015 une entrée cartographique interactive permettant d’y naviguer année par année. Avec l’Open Data, toutes les données concernant les stocks de déchets radioactifs et l’estimation de leur volume à l’horizon 2020-2030, selon leur classification (Haute activité ; Moyenne activité à vie longue ; Faible activité à vie longue ; Faible et moyenne activité à vie courte ; Très faible activité ; Vie très courte) sont désormais à la portée du plus grand nombre.

 

Photo à la Une : Bâtiment logistique du Cires © Patrice Maurein

 

 

Pour aller plus loin